Voyageurs, pourquoi devenir voy’acteurs? 3


L’ajout du terme « responsable » dans la description de son prochain voyage est devenu nécessaire. Le monde change et il a besoin que nous changions avec lui. De la même manière que les rencontres, les découvertes et les expériences faites en voyage nous transforment, allant parfois jusqu’à bouleverser nos vies, nous pouvons devenir acteurs de nos voyages, voyagir, et exercer une influence positive partout où nous allons. Heureusement cette prise de conscience se répand.

Et si la tendance à voyager low cost (le moins cher possible) progresse, celle du tourisme responsable fait aussi de plus en plus d’adeptes. D’ailleurs, les deux ne sont pas incompatibles, bien au contraire.

Explorer of the World

Nous avons, probablement, tous, entendu au moins un de nos amis, souffrant lui-même de voyagïte aigüe, dire: « ce voyage a changé quelque chose en moi ». Oui, le voyage favorise l’ouverture d’esprit, éveille la curiosité et élargie notre vision du monde. Il permet de changer de paradigme et de vaincre nos peurs; en réaction à la rencontre d’autres cultures, hors de notre zone de confort et dans des situations que nous n’avons jamais imaginées.

Mais qu’en est-il de notre impact à nous, voyageurs, sur les lieux visités et les personnes rencontrées ?

Comme le dit Catherine Mack de Responsible Travel  « Les gens sont au cœur du mouvement du tourisme responsable »; que l’on parle de ceux qui voyagent ou de ceux qui accueillent ou subissent; que nous soyons sensibles à notre impact socioculturel ou à notre impact écolo, ou aux deux; que nous soyons très engagés ou juste un peu; qu’il s’agisse d’être un végétarien strict, ou de débuter une prise de conscience de nos habitudes de consommation ; qu’il s’agisse de faire du stop en Thaïlande ou de partir en lune de miel aux Caraïbes ; au bout du monde ou à côté de chez soi ; tout type et niveau d’engagement est le bienvenu quand il s’agit d’être Voyacteur et de voyagir. Toutes les actions comptent car les grandes rivières sont faites de petites gouttes d’eau.

2471

Avec notre sac à dos et nos chaussures qui montrent combien de kilomètres nous avons déjà parcourus, nous pouvons êtes la personne qui provoque l’étincelle du changement. Chez un enfant d’une communauté isolée dans les montagnes, qui rêvera d’aller voir la mer, les glaciers ou un musée. Chez le patron d’un petit restaurant local, dans lequel nous découvrons la gastronomie locale, tout en discutant avec lui d’options végétariennes, de réduction de l’utilisation des ustensiles en plastique ou simplement de démarches plus écologiques. Chez nos amis, en prenant le vélo plutôt que la voiture. Chez les autres, en prenant nos déchets avec nous en quittant la plage, même lorsque ce n’est pas la norme dans le pays.

Voyagir c'est aussi prendre la route à vélo

Les endroits où nous allons nous apportent beaucoup, la moindre des choses seraient de faire la réciproque. Plantons les graines du changement partout dans le monde, puisque à la fois les locaux et les prochains visiteurs pourront profiter de ces fleurs.

NB: Comme de nombreux autres articles à venir, cet article a été rédigé par Ishtar, une voyactrice accomplie, et édité par Marine, la fondatrice de VOYAGIR.

Image Crédits: Ishtar, Ishtar Geraldino.


A propos de Ishtar

Ishtar est notre nouvelle spécialiste de la République Dominicaine, mais ce n'est pas tout, c'est avant tout une jeune maman engagée dans une consommation responsable, qui participe à l'aventure Voy'Agir par passion mais aussi pour améliorer encore son français déjà incroyable.

Laissez un commentaire